lundi 4 juillet 2011

4 décembre : The Pretender - Not even a mouse

Aujourd'hui, 4 décembre, est un jour grave pour l'humanité : j'ai en effet acheté un sapin, voulu le décorer et me suis rendue compte que les magasins ont  cessé de vendre des guirlandes. Moi, je suis un peu sectaire peut-être, et ma conception de la guirlande s'arrête à CECI :


Je voudrais (et j'insiste BEAUCOUP) qu'on arrête de se moquer du monde en essayant de nous refiler ces trucs scandaleux : 


Un sapin se doit d'être BEAU, et tout ce qui est beau est sobre, mesdames et messieurs. Alors, je dis STOP au lobby des tournicotons de perles!!!!!

Les bases de l'existence en cette infâme période de Noël étant posées, il est temps pour moi de vous offrir votre cadeau du jour : un extrait de l'épisode 8 de la première saison de The Pretender, aka Le Caméléon en version française. Il s'agit là d'une série tout bonnement géniale, qui suit les péripéties de Jarod, un prodige capable d'endosser n'importe quelle personnalité et de développer toutes sortes d'aptitudes très rapidement. Jarod a fui le "Centre", une organisation du Maryland qui l'a détenu prisonnier toute sa vie afin de mener des expériences à son endroit; Sydney, son gentil tuteur, et Miss Parker, la fille du directeur du Centre, sont à sa poursuite. Episode après épisode, Jarod se joue de ses poursuivants sur lesquels il a toujours une longueur d'avance, et poursuit sa découverte de notre monde tout en menant à bien la quête de justice qu'il s'est fixée : infiltrant sans cesse de nouveaux milieux professionnels, il met à profit ses grandes facultés d'adaptation pour résoudre un crime que tous croyaient être une affaire classée.

La force de The Pretender  réside très certainement dans une trame scénaristique de malade, qui a tenu les fans en haleine tout au long des  quatre saisons et des deux téléfilms qui ont suivi ; mais elle se trouve également dans le personnage de Jarod, qui est à ses débuts extrêmement candide et attachant grâce au contraste entre son intelligence hors du commun et son ignorance totale des choses les plus évidentes. L'épisode de Noël (car c'est le seul de la série) est tout à fait représentatif de ce trait du protagoniste ; j'espère donc qu'il contribuera à vous refiler un peu de cet "esprit" dont on parle tant aujourd'hui, à l'heure où malgré tout les guirlandes de Noël sont reléguées au placard.


video
Désolée, pas de sous-titres pour cette vidéo qui date un peu de 1996
Montez le son!

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire