mardi 29 mai 2012

Upfront - CBS - Tv shows are coming ...

A l'heure où les seuls endroits fréquentables sont les rayons surgelés des grands magasins et où je vis avec un éventail à droite, un brumisateur à gauche, je tiens à dire que l'été a commencé et que c'est dramatique.
Cela n'a qu'un mince rapport avec les trailers de CBS, encore que pour les commenter je doive utiliser mon ordinateur qui me brûle les poignets tant le disque dur est en surchauffe; là, vous vous demandez peut-être si je vis au Mexique, mais non, je vis dans le Gard, il fait cent degrés sans ombre et je n'exagère pas du tout.
Enfin, y'en a qui bossent chez CBS, donc c'est pas tout mais il est temps de critiquer leur travail au lieu de vous baratiner...


Partners


 


Partners est une sitcom mignonne, oeuvre des créateurs de feu Will and Grace, qui raconte les péripéties de Joe et Louis, amis depuis l'enfance. Leur relation, très fusionnelle, est mise à l'épreuve lorsque Louis se fiance et Joe trouve un copain sérieux. Cela entraîne des situations cocasses, des bisbilles, des réconciliations voulues amusantes et autres facéties. En dépit d'un concept touchant, je ne suis pas sûre qu'on se bidonne comme des fous devant nos ordis et je pense que Partners pâtit d'un manque d'alchimie entre les membres de son casting.

Conclusion : Partners passe à côté de son objectif. Un échec probable.


Made in Jersey




Made in Jersey...Hummm....C'est donc l'histoire d'une cagole, en somme, qui devient avocate et se distingue au sein de sa firme parce que finalement, les gens accusés de crimes sont des rustres et qu'elle les comprend, elle sait leur parler...Bon.
On aurait pu rire du ridicule du personnage principal, de ses tenues vulgaires et de sa famille d'Italiens gueulards type Jersey Shore, mais voilà...CBS a voulu traiter du "choc entre deux mondes", aborder des questions de mixité sociale et autres thèmes puissants du vendredi après-midi. Alors on est censé pleurer quand l'héroïne est enfin acceptée par ses collègues, on est censé être fier quand elle se hisse au rang des meilleurs, le tout en se tapant une enquête culcul par semaine. Oh...


Conclusion : Oh...Kill me now.


Elementary




Alors que Sherlock va commencer sa troisième saison sur la BBC, CBS décide de reprendre le principe et de produire sa propre interprétation moderne du héros british. Nous voilà face à un Sherlock en cure de désintoxication qui possède pour sponsor le docteur Watson. Jusqu'ici tout va à peu près bien, l'étonnement intervient lorsqu'on aperçoit l'acteur qui interprète le docteur à savoir Lucy Liu. En deux trois coups de cuillères à pot, on se prend un changement de sexe de personnage dans les dents. Bon... pourquoi pas... la permutation peut produire des effets intéressants... si seulement la série tient la route et se veut sombre avec une histoire continue. Malheureusement, il semble que nous soyons en présence d'un nouveau The Mentalist/Castle/Bones ou autre procedurial qui repose sur la dynamique de ces deux acteurs principaux. Il ne faut pas s'attendre à une révolution, donc. Toutefois, les deux acteurs principaux, Lucy Liu et Jonny Lee Miller, tiennent la route et l'alchimie semble passer, heureusement. 

Conclusion : On espère une trame suivie et intense à l'image de celle de la BBC même si on sait que cela ne risque pas d'arriver. 



Vegas




Les séries qui s'attardent sur une ville précise ont toujours eu mon affection : que cela soit The Wire (Baltimore) , Treme, (New Orlean), The Chicago Code (est-il besoin de le préciser?) ou encore Magic City (Miami), chacune possède son charme et dégage une identité. Vegas se veut clairement le Boardwalk Empire de CBS : comment Las Vegas se construit en tant que ville du jeu et de la fête. L'histoire est fondée sur un personnage historique, le shérif Ralph Lamb, qui s'oppose à l'arrivée d'un ponte de la mafia de Chicago qui souhaite construire cabarets et autres casinos. CBS tente de lancer sa série historique, tente d'obtenir sur sa semaine de diffusion son instant Mad Men. La tentative est louable, le casting semble à la hauteur des prétentions (Dennis Quaid, Michael Chiklis, Carrie-Anne Moss) espérons que la mayonnaise prenne.

Conclusion : Potentialité de bonne série qui pourrait, au coté de Justified,  devenir une bonne série de comboy. 


W.




N.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire